Logiciels libres, linux, le web...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - linux

Fil des billets

samedi, juillet 3 2010

Firefox : supprimmer un mot ajouté par erreur au dictionnaire

Lorsque l'on utilise le dictionnaire de firefox, il peut arriver que l'on ajoute un mot au dictionnaire (Myspell) par erreur. En effet la fonction "Ajouter au dictionnaire" est juste en dessous des propositions de mots et il n'y a aucune confirmation pour cet ajout.
De plus il n'existe aucun outil dans firefox pour retirer les mots du dictionnaire. À part peut-être une extension mais je n'ai pas cherché, je n'ai pas jugé nécessaire d'ajouter une extension pour si peu.
Les mots que vous ajoutez au dictionnaire se trouvent dans un fichier nommé persdict.dat qui se trouve à la racine du dossier de votre profil firefox.
Sous linux ce dossier se trouve dans ~/.mozilla/firefox/<un identifiant>.default si vous n'avez pas changé le nom du profil firefox. Sous windows ce dossier se trouve certainement dans Application Data\... La fin du chemin est la même.
Vous devez ensuite ouvrir le fichier en question (persdict.dat) avec un éditeur de texte qui lit les fichiers utf8. Chaque mot ajouté est sur une nouvelle ligne, il suffit de supprimer la ligne correspondante au mot que vous voulez supprimer et d'enregistrer le fichier. Il faut que firefox soit fermé sinon le mot est ajouté de nouveau au fichier.

lundi, juin 28 2010

Souci d'accès interdit (403) aux pages php après la mise à jour de lighttpd

J'ai mis à jour lighttpd l'autre jour sans remplacer le fichier de configuration par celui du paquet, je ne sais pas si cela vient de la mais je préfère le préciser. Suite à cette mise à jour je ne pouvais plus accéder au pages php hébergés sur le serveur. Je ne m'en sers qu'en local pour développer sur mon eeepc donc l'impact n'est pas énorme mais c'est quand même désagréable.

Après quelques recherches sur le web je suis arrivé sur les forums d'Ubuntu et plus particulièrement sur un post qui m'a permis de résoudre le problème, c'est en anglais donc pour ceux qui ne recherchent pas sur les forums en anglais ce billet leur permettra certainement de résoudre leur problème. Même si j'utilise Debian, la solution fonctionne très bien.

Si vous avez systématiquement des erreurs 403 lorsque vous voulez accéder à des scripts php sur votre serveur lighttpd, que vous soyez sur Debian ou Ubuntu (cela doit fonctionner aussi sur d'autres dérivées de Ubuntu mais je n'ai pas testé), vous pouvez ajouter les lignes suivantes au fichier "/etc/lighttpd/lighttpd.conf" et tout devrait rentrer dans l'ordre.
fastcgi.server = ( ".php" => ((
"bin-path" => "/usr/bin/php5-cgi",
"socket" => "/tmp/php.socket"
)))

dimanche, novembre 29 2009

Sortie TV YPbPr, driver nvidia et ubuntu

Activer la sortie TV d'une carte graphique nvidia en utilisant un câble YPbPr n'est facile que ça. En fait la sortie est reconnue comme du S-VIDEO, l'image n'est pas très belle, pas de HD, elle est mauve.
Ce type de câble permet de profiter des mêmes résolutions qu'avec un câble HDMI, pour moins cher et sans risquer d'avoir à faire à HDCP.
Comme j'ai très longtemps cherché comment faire fonctionner la sortie de manière correcte, sans trouver d'explications en français, je publie un billet qui, j'en suis sûr, permettra d'aider du monde.

J'ai d'abord utilisé l'utilitaire nvidia (nvidia-settings) pour configurer les résolutions des deux écrans, cela m'a juste permis d'avoir un xorg.conf qui tient la route. Mais toujours avec un affichage mauve et sans pouvoir obtenir une résolution très haute. En faisant des recherches sur internet, je ne sais plus comment, je suis parvenu à cet article : Component Video Input to HDTV. On peut y trouver un certain nombre d'explications sur le câble "composante" (component en anglais) ainsi qu'une petite ligne à ajouter au xorg.conf dans la section "Device" :
Option "TVStandard" "HD720p"

Pour plus d'informations sur cette option vous pouvez vous rendre sur la documentation du pilote : Appendix H. Configuring TV-Out
Le xorg.conf est disponible ici.

lundi, mai 11 2009

OpenProj pour la création de planning

OpenProj est un gestionnaire de projet libre, tout comme GanttProject. OpenProj est très complet par rapport à GanttProject, d'après ce que j'ai pu lire il peut rivaliser avec Microsoft Project à part pour quelques fonctionnalités. Il est sous licence CPAL, fait partie de la suite bureautique StarOffice en version 8.
Serena, l'éditeur du logiciel, propose aussi une version hébergée du logiciel (SaaS).

Création de planning avec OpenProj

Les capacités d'exportation de GanttProjet étant relativement limités, du moins pas pratiques du tout.J'ai décidé de tester OpenProj pour la création de planning.
Vue d'un projet - interface d'OpenProj
Comme la plupart des logiciel de gestion de projets, il faut définir les ressources utilisés. Une fois les ressources renseignés dans le tableau des ressources, on peut ensuite créer le planning en ajoutant les tâches dans le tableau du diagramme de Gantt.
Pour obtenir un rendu cohérent pour la création d'un planning, il faut cacher certaines colonnes. J'ai créé un petit exemple du résultat auquel on peut arriver :
Diagramme de Gantt exemple - OpenProj
Malheureusement l'exportation en pdf n'est disponible que dans la version hébergée. Cette limitation peut être facilement contournée si l'on dispose d'une imprimante PDF.
Pour installer une imprimante PDF sur debian il suffit d'installer le paquet cups-pdf. Les fichiers apparaissent ensuite dans le sous dossier PDF du dossier personnel de l'uilisateur.

OpenProj est facilement utilisable pour la création de planning. La modification de ceux-ci est très rapide en cas de retards par exemple.

jeudi, mai 7 2009

Reaction à l'interview de François Elie - l'économie du logiciel libre

Contrairement à des bloggeurs du planet je suis plutôt d'accord avec les propos de F. Elie, non pas ceux qu'il tient à propos des association d'utilisateurs de logiciels libres. Mais sur le fait qu'il faut trouver des solutions, pour faire entrer les développeurs bénévoles dans l'économie du logiciel, et qu'il faut "forcer" les entreprises, qui vendent du logiciel libre, à rendre leurs contributions à la communauté.

Dénigrer le travail des GUL c'est nul

Je ne comprends pas pourquoi Mr Elie a un tel regard sur les associations à but non lucratif qui font la promotion du logiciel libre et même plus, comme Philippe l'indique dans un commentaire.
Ces association sont bien plus à même d'accompagner les utilisateurs dans l'adoption des LL, dans le passage à un système GNU/Linux. J'ai beau installer linux sur les ordinateurs de mes proches et les conseiller, je ne peux pas à moi tout seul rassembler les connaissances des membres d'une association, ni même réussir à les accompagner dans l'utilisation de tel ou tel logiciel. Sur ce point les associations sont indispensables et vont le rester, à mon avis, très longtemps.
Le statut d'association permet d'avoir plus de crédibilité auprès des décideurs, de bénéficier de soutiens pour l'organisation de rencontres telles que les RMLL. Un utilisateur isolé, même en y mettant tout son pouvoir de conviction n'arrivera jamais au résultat des associations.
Il serait même très intéressant et très bénéfique pour les utilisateurs que des GUL s'occupent de la formation des utilisateurs dans une entreprise. Je ne sais pas si cela a déjà été mis en œuvre ?

Ne pas partager son code issu de logiciels libres, c'est inutile

Comme le souligne François Elie dans son interview, il existe un grand nombre d'entreprise qui ne reversent pas à la communauté les développements réalisés à partir de logiciels libres. Cela est certainement dû à plusieurs facteurs. J'en citerais deux :

  • Une entreprise qui paie pour le développement d'une fonctionnalité ne va pas la reverser car elle n'a pas compris l'intérêt qu'elle a à redistribuer le code. Elle se situe plus dans une réflexion du type : "Je ne paierai pas pour les autres !"
  • Une entreprise qui vends des fonctionnalités qu'elle a développé voudra conserver de futurs clients potentiels qui sont prêts à payer pour cette fonctionnalité. Elle non plus n'a pas compris l'intérêt qu'elle aurait à redistribuer son code.

Dans les deux cas la licence n'est pas respectée (à part pour des licences de type BSD), au même titre que des licences pour un poste sont utilisées sur plusieurs postes d'une entreprise.
La première ne pourra bénéficier d'améliorations apportées par la communauté. La deuxième sera aussi isolée que la première et ne cherchera pas forcément à développer plus de fonctionnalités.


Le mot de la fin

Il faut en tout cas trouver des modèles économiques qui permettront de faire profiter tout les développeurs du "fruit" de leur travail. Les mentalités doivent évoluer en entreprise, la vraie valeur ajoutée ne doit pas porter que sur du logiciel ! Enfin sous réserve de trouver les méthodes juridiques adéquat, les GUL pourraient former les utilisateurs en entreprise, cela serait beaucoup plus convivial que des formateurs "froids".

mercredi, avril 22 2009

Linutop 2 - Un ordinateur écologique pour monsieur tout-le-monde

Par ordinateur écologique j'entends consommation très basse : 8W en fonctionnement. Cela ne comprends pas la consommation de l'écran et des périphériques (Imprimante, scanner, ...) dont vous pourriez avoir besoin. 8W c'est moins que les *box internet et que la plupart des ordinateurs, même portables.

Par monsieur tout-le-monde je veux parler de la couverture fonctionnelle du Linutop. Les fonctions requises pour :

  • Naviguer sur internet (Firefox)
  • Rédiger des documents (OpenOffice)
  • Utiliser des documents multimédia (VLC)




Caractéristiques techniques

Source : Page Linutop 2 du site.

  • Precesseur : AMD Geode LX800 (x86), équivalent en puissance à un pentium III 800 Mhz
  • Mémoire Vive : 512 Mb extensible jusqu'à 1Gb.
  • Mémoire interne : 1Gb de mémoire flash pour le système est quelques documents.
  • Entrées / Sorties : Ethernet 100 Mbit/s, VGA, 2 sorties audio, 1 entrées audio, 4 ports Usb 2.0.



Utilisation régulière

Le linutop est simple d'utilisation quand on reste dans une utilisation classique. La navigation est fluide, même lorsque des éléments Flash sont présents sur la page. Grâce à l'utilisation d'un script GreaseMonkey qui diminue la qualitée des annimations. OpenOffice peine un peu à se lancer mais passé cette étape il fonctionne très bien. Pour l'utilisation de fichiers multimédia, je n'ai pas eu l'occasion de beaucoup tester mais je suis sûr que tant qu'on ne demande pas à VLC de lire une vidéo en Haute Définition cela se déroule sans encombres.
Pour utiliser un clavier PS/2, il faudra acheter un adaptateur USB. Le seul désagrément peut venir du fait qu'il n'y a pas de port usb à l'arrière de l'appareil, l'adaptateur est donc visible.
Le système d'exploitation du linutop est une version dérivée de Xubuntu, adaptée à celui-ci.

Mise à jour et installation du système

Le système n'est doté que de 1Gb de mémoire flash. C'est très bien pour y installer les logiciels les plus utiles, mais pour effectuer les mises à jour c'est déjà plus compliqué. En effet le système ne peux pas stocker tous les paquets dans le cadre d'une mise à jour importante. Il faut dans ce cas utiliser une clé usb ou un montage réseau.
Pour installer le système il faut utiliser une clé usb, le linutop est dépourvu de lecteur de cd-rom. La procédure est décrite ici. Pour ceux qui ne comprendraient pas l'anglais.
Il y a deux grandes étapes d'installation. La première consiste à télécharger une image à partir du site de linutop et de la copier sur clé usb à l'aide d'un script. La deuxième consiste à copier l'image à partir de la clé sur le linutop.

  1. Télécharger le script : http://images.linutop.eu/lusm-web.
  2. Rendre le script exécutatable : chmod a+x chemin/vers/lusm-web ou bien sous gnome effectuer un clic droit sur le script téléchargé et modifier les permissions Afin de rendre le script exécutable.
  3. Télécharger et copier l'image sur la clé : sudo ./lusm-web -d /dev/<your_device> http://images.linutop.eu/current2 <your_device> doit correspondre à la partition de la clé usb que vous voulez utiliser pour y mettre le système.
  4. Ensuite vous devez insérer la clé usb au démarrage du linutop afin de booter dessus. Une fois le système lancé vous pouvez utiliser l'utilitaire de sauvegarde système pour copier le contenu de la clé sur la mémoire interne. Ou bien exécuter la commande : sudo lusm -d /dev/hda


Je publierais un nouveau billet pour expliquer comment utiliser une clé usb ou un partage réseau pour effectuer des mise à jour importantes.

Conclusion


Une fois que les applications sont installées, le Linutop peut être utiliser par beaucoup de monde étant donné la couverture fonctionnelle et la simplicité. Mais pour l'installation de la mise à jour du système cela devient plus compliqué.
Par contre les possibilités du linutop sont immenses, si on y ajoute un disque dur on peut en faire un serveur multimédia, un serveur web, un serveur de téléchargement. Il faudra juste plus de connaissances que pour une utilisation classique. Pour ce type d'utilisation le nouveau linutop est sorti le linutop 3 : http://www.linutop.com/linutop2/linutop3.en.html.

jeudi, avril 2 2009

Net-entreprise, un service "accessible"

La conseillère m'a menti ? Mon inscription ne sera pas effectuée par le service technique comme je l'avais écrit dans mon précédant billet.

Au lieu de me permettre de payer mes cotisations, j'ai reçu un e-mail me rappelant les critères d'équipement :

Bonjour,

Vous êtes inscrit aux services net-entreprises et nous vous en remercions. Vous avez sollicité le centre d’assistance au sujet d'une difficulté de navigation sur notre site.

Nous vous informons que l'utilisation de net-entreprises nécessite de répondre à des critères précis en terme d'équipement.

Nous vous prions de vérifier si vous répondez à ces critères en cliquant sur le lien ci-après : http://www.net-entreprises.fr/Html/Equipement.htm

Nous espérons que cette réponse correspond à vos attentes.

Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à nos services.

Bien cordialement, Votre conseiller net-entreprises

Centre de Contacts

J'ai apporté quelques corrections à un des paragraphes, s'il veulent remplacer l'original par cette version cela sera plus clair.

Systèmes d'exploitation : Windows 98/98 SE/NT/2000/ME/XP

Navigateurs internet :

* Nous vous recommandons d’ Vous devez utiliser la dernière version disponible du navigateur Internet Explorer (version 5.0 au minimum). Site de mise à jour (gratuit) : http://www.microsoft.com/france/telechargements/ * Votre navigateur Internet Explorer doit avoir un niveau de cryptage égal à 128 bits et être configuré pour accepter les cookies ; pour en savoir plus, reportez-vous au manuel de votre navigateur.

Je vais installer Windows pour utiliser Internet Explorer. Je ne veux pas l'installer sur mon OS...

Edit : L'inscription s'est bien déroulée en utilisant le navigateur firefox, mais sous windows xp. Je ne comprends pas trop leur message qui évoque une compatibilité du service avec un navigateur alors que c'est l'OS qui est en cause...

lundi, mars 16 2009

Script bash pour gérer des services sous linux

Pour faire développement web sur un eeepc, comme sur n'importe quel ordinateur, il faut disposer d'un serveur web. Et éventuellement, mais c'est quand même très pratique, d'un serveur de base de données.

Le eeepc est facilement transportable, donc c'est bien de conserver un maximum de batterie. Surtout si on est pas du genre à faire que du développement web dessus.

Après avoir supprimé les liens symboliques des services pour qu'ils ne démarrent pas au démarrage. J'ai créé un petit script bash qui permet de démarrer ou de stopper un service ou groupe de services :

# Manage services (Myql and lighttpd)
#
#
# Services to manage (space separated) :
services_name="mysql lighttpd"

SELF=$(cd $(dirname $0); pwd -P)/$(basename $0)
#
# service funtion
# params : 1 -> action ( start | stop | status ... )
# 2 -> service name (lighttpd | mysql | ...)
#
service() {
    action=$1
    service=$2
    /etc/init.d/$service $action }

#
# main()
#
case "${1:-''}" in
    'start')
        for serv_name in $services_name
do
        service start $serv_name; done ;;
    'stop')
        for serv_name in $services_name do
        service stop $serv_name; done ;;
    'status')
        for serv_name in $services_name do
        echo "Status : $serv_name" service status $serv_name; done ;;
    *) echo "Usage: $SELF start|stop|status (As root)" exit 1 ;;
esac

Il suffit de remplacer les services dans la liste en haut du script. test.