Logiciels libres, linux, le web...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - apple

Fil des billets

mardi, août 31 2010

Pour se faire une place en entreprise Apple fait reculer les barrières de la vie privée

Apple a déposé un brevet qui pourra permettre d'identifier un utilisateur ou une mauvaise utilisation de ses "iPareils". C'est génial pour empêcher le vols de ceux-ci, le brevet prévoit même d'envoyer des informations sur le voleur ! Une nouvelle fonctionnalité que l'on pourrait qualifier de "iDétective" mais dont la portée ne se limiterait certainement pas à cela.


Concrètement le brevet prévoit en cas de détection d'une utilisation anormale ou par le mauvais utilisateur de prévenir son propriétaire par une moyen quelconque de communication (SMS, Twitter, ...), en joignant au message des informations issues du gps ou de la caméra. Ou bien et c'est là que le danger réside (par rapport à la vie privée), de désactiver un certain nombre de fonctionnalités de l'appareil, de rapatrier les donnée sur des serveurs (lesquels ?), puis de supprimer toutes les données de l'appareil.

Dans le premier cas cela me paraît être une excellente idée. Mais en ce qui concerne la deuxième, outre le fait quel peut mettre fin à toute utilisation "étendue" de l'iPareil par "Jailbreaking", elle met en danger la sécurité des données de l'utilisateur. Alors que l'objectif est de les protéger. En effet les données sont transmises sur un serveur mais rien ne garantie la sécurité de ce serveur. Je ne parle pas de piratage sur ce serveur. Mais l'accès légitime à ces données qui seraient exploités de façon commerciale ?

Les données transmises lors au propriétaire pourrait aussi être envoyés lors de faux-positifs et ne pas être reçues par le propriétaire...

Ils en parlent :

lundi, novembre 16 2009

L'avenir de iPhone est-il compromis ?

Enfin un nouveau billet après une longue période d'absence. Tout simplement parce-que j'avais d'autres préoccupations que d'écrire. Un nouveau billet qui vient compléter la série de billet sur Apple pour critiquer leur façon de traiter leurs clients. Cette fois ci je m'intéresserais aux développeurs de l'iPhone, qui peuvent aussi être considérés comme des clients car il créent du contenu autour de la plate-forme de l'iPhone.

Il y a en ce moment quelques développeurs "importants" qui ont décidé d'arrêter de développer pour l'iPhone. Je fais notamment référence au choix de Joe Hewit, développeur de facebook pour l'iPhone.
Pour quelle raison des développeurs décident d'arrêter ? C'est très simple, en règle générale, il ne supportent pas le processus de publication de leurs applications. En effet Apple se réserve le droit de refuser telle ou telle application, ce qui peut s'avérer désagréable pour le développeur qui ne peut distribuer son application. Mais en plus lorsqu'ils apportent des modification elles sont disponibles que longtemps après.
Quand on compare avec un modèle tel que celui adopté pour le développement de Firefox, ou n'importe quelle extension peut être diffusé simplement, même si elle remplit la même fonction que beaucoup d'autres. Cela donne vraiment l'impression que Apple, de part son envie de contrôler la disponibilité des applications, commet les même erreurs que IBM au début de l'émergence des PC.

Certes avec l'iPhone, Apple possède une part énorme du marché des smartphones. Mais je me demande bien comment ils vont faire pour conserver cette avance avec de telles pratiques. Les plus intrépides peuvent toujours installer un bon nombre d'applications à l'aide de diverses techniques. Mais quand est-il des clients "normaux". Si tous les développeurs qui proposent des applications de qualité décident de ne plus travailler pour l'iPhone que va t-il se passer ? Bon nombre d'applications deviendront obsolètes. Les concurrents de l'iPhone seront ravi, leur seule contrainte sera d'adopter un modèle de mise à disposition d'application plus libre.

Nous allons voir dans les prochaines années, même les prochains mois, si Apple change les conditions de l'AppStore, ou pas. Et si la concurrence, notamment Android, verra ses parts de marchés augmenter. Vu le prix, la "liberté" et le choix de modèles qui embarquent Android, je ne m'avance pas trop à dire que sans réaction d'Apple la plate-forme Android à de beaux jours devant elle. L'avenir nous le dira.

lundi, juin 22 2009

Àprès l'ipod, utiliser iTunes à sa guise n'est pas du goût d'Apple

Vous vous souvenez peut-être de mon billet sur le fait qu'Apple ne tolérait pas l'utilisation d'autres logiciels qu'iTunes avec un iPod. C'est maintenant au tour d'iTunes.
En effet Apple a publié une note sur le site du support d'iTunes disant qu'ils n'assuraient pas la compatibilité avec d'autres lecteurs que les leurs :

Apple is aware that some third-parties claim that their digital media players are able to sync with Apple software. However, Apple does not provide support for, or test for compatibility with, non-Apple digital media players and, because software changes over time, newer versions of Apple's iTunes software may no longer provide syncing functionality with non-Apple digital media players.


En français :

Apple sait que d'autres constructeurs annoncent que leur périphérique peut se synchroniser avec les logiciels Apple. Mais n'offre aucun support, ou teste la compatibilité, avec d'autres lecteurs multimédia, car les logiciels changent avec le temps et iTunes peut ne plus permettre la synchronisation avec d'autres lecteurs multimédia que ceux d'Apple.


Cette note fait suite à l'annonce de Palm, qui signalait que le Palm Pre pouvait être synchronisé à l'aide d'iTunes.
Palm apporte une réponse plutôt confiante à cette note.

If Apple chooses to disable media sync in a future version of iTunes, it will be a direct blow to their users who will be deprived of a seamless synchronization experience." The spokesperson went on to say that Pre users can always stay with the current iTunes version, or transfer the music via USB, and noted that "There are other third-party applications we could consider,...


D'après un de leurs porte-parole, les utilisateurs pourront toujours conserver la version actuelle d'iTunes, ou transférer leur musique directement. Il note aussi qu'il existe d'autres applications capables d'en faire autant (synchroniser la musique). Pour lui c'est un mauvais coup fait aux utilisateurs d'iTunes.

Je ne soutient pas particulièrement Palm, je me permettrais juste de tirer un simple conclusion de ce que signifie l'action d'Apple :
Le message est clair : si vous utilisez iTunes, vous êtes obligés d'acheter un iPod.

La boucle est bouclée, le consommateur est capté...
Source

lundi, mai 4 2009

Utiliser un iPod à sa guise n'est pas autorisé

Pour copier de la musique sur un iPod sous linux, il existe plusieurs logiciels alternatifs à iTunes. Celui-ci n'est en effet pas disponible.
Sur le site officiel c'est indiqué "Free for Mac + PC". Sur la page suivante on a le choix entre une version Windows ou Mac OS.
L'iPod c'est joli, c'est ergonomique, c'est à la mode... Pour ceux qui en possèdent un et qui préfèrent utiliser linux il y a GtkPod, AmaroK, RhythmBox, ...

Il y a aussi plein de ressources sur le web, dont cette adresse : http://bluwiki.com/go/Ipodhash. Les informations ne sont plus en ligne. Apple a demandé que la page soit retiré.
C'est expliqué ici :


Je ne vais pas détailler la situation, elle l'est sur les pages ci dessus. Par contre je me permet d'interpréter l'action de Apple :
Le message est clair, si vous achetez un iPod, vous êtes obligés d'utiliser iTunes.