Logiciels libres, linux, le web...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Planet-Libre

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, janvier 13 2011

Quand le besoin d'un gestionnaire de bugs (bug tracker) se fait ressentir

Je commence à avoir un certain nombre de projets à gérer, pour le développement j'ai configuré un ordinateur "de récupération" avec une debian. Cela me permet de ne pas me être constamment sur mes projets. Lorsque mon serveur est éteint je ne travaille pas, du moins pas sur le développement.

Avec la recrudescence de projets, j'ai besoin de gérer les bugs qui surviennent sur mes projets. Pour l'instant le suivi des bugs est géré de manière archaïque, par e-mail, avec des notes que je prends sur des feuilles par ci par là. Pour structurer tout ça et permettre un meilleur suivi j'ai pris la décision de mettre en place un système de gestion de bugs.

Les critères de choix sont très simples, je vais mettre en place ce bug tracker sur mon espace d'hébergement à l'extérieur de mon réseau afin de ne pas avoir à gérer la disponibilité de celui-ci. En effet cela serait dommage d'avoir un bug tracker qui ne serait pas disponnible. Il faut donc que ce système puisse être installé sur un serveur mutualisé "standard" (PHP, Mysql). Il devra être le plus simple possible, l'accès sera géré par mot de passe, il n'y aura qu'un seul compte par client. Chaque client aura accès au suivi des projet qui lui sont propre. Il devra être en français, la majorité de mes projets sont réalisés pour des clients francophones. Il ne devra pas nécessiter pour le client d'installation supplémentaire que le navigateur Web.

À partir de ces critères j'ai fait une sélection de projets, naturellement tous open source, que je vais tester. Je ne vais pas pouvoir tous les tester faute de temps, mais j'en testerais un maximum.
Voici donc une liste de 4 systèmes de gestion de bugs :

  • etraxis : Dispose d'une interface Web, l'interface est entièrement personnalisable. Celui-ci me semble un bon candidat.
  • Bugzilla : Bug tracker utilisé par mozilla. Il est aussi utilisé par Open Office, RedHat, la NASA, Facebook et plein d'autres.
  • Mantis : C'est certainement un des plus connus, il est utilisé par beaucoup d'entreprises. La gestion des bug est très structurée (Projets > Sous-projets > Catégories > Bugs).
  • The Bug Genie : Il réponds lui aussi à tous les critères, il peut être intégré à Subversion.


Celui-ci ne rentre pas dans mes critères mais cela semble être un bon projet donc je me permet de le citer.

  • WebIssue : Celui-ci dispose d'une interface à installer sur le poste du client. Il permet aussi de gérer les projets. Il a l'air bien mais le fait d'installer une application pour accéder au suivi des bugs ne permet pas aux clients d'y accéder rapidement. Je préfère que l'accès se fasse directement dans le navigateur Web.


Il existe bien d'autres projets de bug tracker mais ceux-ci ne répondent pas à mes attentes où je ne les connais pas. Je pense tester Mantis en premier à cause de sa notoriété. SI vous en connaissez d'autres n'hésitez pas à commenter ce billet. Surtout s'il sont plus simples du point de vue de leurs fonctionnalités.

mercredi, janvier 5 2011

Liste de 5 logiciels permettant de renomer des fichiers en masse

Quand il est nécessaire de renommer un seul fichier c'est plutôt simple. Mais lorsque l'on a besoin de renommer des fichiers en masse cela devient plus compliqué. Par exemple si vous avez des fichiers mp3 qui ont été récupérés à l'aide de photorec, ces fichier ont un nom qui n'est pas très explicite. Par contre ils conservent les tags ID3 qui peuvent nous permettre de les renommer.

Voici donc une liste de logiciels qui peuvent vous aider à renommer des fichiers :

  • Métamorphose.
  • Phatch : celui-ci est exclusivement réservé aux photos, il permet en plus de les redimensionner.
  • PyRenamer : celui-ci gère les métadonnées des photos et de la musique.
  • Jhead : exclusivement réservé aux photos, il est présent dans les dépôts Debian, une courte description en français.
  • RenRot : lui aussi est présent dans les dépôts, il peut servir à renommer et à tourner les photos.


PS : Bonne année à tous étant donné que c'est mon premier billet de 2011.

mardi, août 17 2010

Liste (non-exhaustive) de modules indispensables pour drupal 6

Je vais tenter dans ce billet de présenter les modules pour drupal 6 qui sont indispensables. Autant en matière de d'administration, de référencement, de navigation, d'éditeurs, de prise en charge d'images et de vidéos, gestion d'évènements et de localisation.

Modules généraux


Parmi les modules généraux qui sont indispensables pour drupal on peux choisir ceux-ci :

  • CCK - Content Construction Kit : Ce module aide à la création de nouveaux types de contenu. Il sera intégré à Drupal dans la version 7. Il permet de définir de nouveaux champs pour les types de contenu tels que des images, des champs textes, des listes, des dates ou encore des vidéos flash.
  • Views : Ce module permet de créer des vue de n'importe quelle forme pour les types de contenu. Une interface permet même de créer des vues sans utiliser des lignes de code. Les vues créés peuvent être des pages, des blocks, des flux rss ou encore des vues personnalisées tels que du contenu au format JSON.
  • Panels : Ce module a été créé au début pour créer des gabarits de pages avec des colonnes, des en-têtes, des pieds de page de façon très simple. Depuis la version 3 il permet d'intégrer n'importe quel type de contenu dans une zone définie. Il est très pratique pour créer les pages d'accueil mais il est bien plus puissant que ça grâce à la possibilité de définir des relations et des contextes de sélection. N'hésitez pas à essayer ce module, vous allez l'adorer.


Modules d'administration


Parmi les modules très utiles pour l'administration on peut en trouver deux qui sont vraiment indispensables :

  • Admin Menu : Ce module permet de disposer d'un menu déroulant où tous les items du menu d'administration sont présent. Cela permet d'accéder directement à une section d'administration au lieux de parcourir toutes les sections.
  • Root Candy : Ce module est en fait un thème dédié à l'interface d'administration. La version 7 de Drupal disposera directement d'un thème pour l'administration, ce module est très utile pour drupal 6.


Modules pour le référencement


Il existe aussi quelques modules qui permettent a un site de bénéficier d'un meilleur référencement, même si drupal génère au code html déjà très efficace de ce point de vue.

  • Path Auto : Ce module permet de générer automatiquement des alias pour le contenu, en fonction du titre des pages et de plein d'autres informations sur un noeud. Cela permet d'avoir des adresses lisibles par les humain au lieu du simple node/<un numéro>.
  • Global Redirect : Ce module est très utile associé à Path Auto il permet de mettre en place des redirections 301 vers les pages ayant un alias afin d'éviter le contenu dupliqué. Cela n'est plus indispensable d'après un article du blog google mais cela permet au moins de ne pas dérouter les utilisateurs.
  • Page Title : Ce module permet de personnaliser les titres des balises <title> et <h1> afin qu'ils soient différents des titres du noeud.
  • NodeWords : Ce module permet comme son nom de l'indique pas de personnaliser les balises <meta> des pages.
  • Service Links : Ce module permet aux visiteurs de partager du contenu sur les principaux réseaux sociaux.
  • Printer, e-mail and PDF versions : Ce module n'est pas forcément utile pour le référencement même si d'avoir une version PDF de son contenu peut y contribuer, il permet aussi d'envoyer par e-mail le contenu.


Modules pour la Navigation :


  • Menu Block : Ce modules permet de créer un menu à partir d'une certaine profondeur. Cela est très utile pour reprendre le contenu d'un sous enu dans une certaine partie d'un site. Le menu généré est un block.
  • Taxonomy Menu : Ce module permet de créer un menu à partir de catégories créées grâce à un vocabulaire. Il peut directement être utilisé avec les modules Panels et Views.
  • Custom Breadcrumbs : Ce module permet de personnaliser le "fil d'ariane" du site, cela permet d'avoir autre chose qu'un lien vers l'accueil pour le contenu n'ayant pas de catégories défini.
  • Nice Menu : Ce module permet de créer simplement un nombre important de menus déroulant.


Modules d'édition :

  • WYSIWYG API : Ce module permet d'installer différents éditeurs en définissant un socle commun pour tous les éditeurs.
  • IMCE : Ce module permet d'avoir un navigateur de fichier pour intégrer les images dans les différents éditeur. Afin de fonctionner avec wysiwyg api il faut installer un autre module : IMCE Wysiwyg bridge.

Modules de gestion d'images et de vidéos :

  • File Field : Ce module permet le chargement de fichier en tant que champ CCK, il est très utile tel quel mais aussi nécessaire à d'autres modules.
  • Image API : Module très utile pour réaliser des opérations sur les images côté serveur, il permet de tirer parti de imageMagik ou GD selon l'extension disponible.
  • Image Cache : Modules servant à automatiser les opérations de Image API pour certains chargement d'images.
  • Image Field : Module très bien intégré à CCK et Views, lorsqu'il est utilisé avec Image API et Image Cache ce modules est très puissant pour gérer différents affichages d'images.
  • Lightbox 2 : Ce module permet d'afficher les images dans une fenêtre modale intégrée à la page sans recourir à une nouvelle fenêtre. Il peut aussi servir à afficher des diaporamas.
  • Embedded Media Field : Ce module permet d'intégrer des vidéos tels que celle de youtube, dailymotion ou pleins d'autres à un type de contenu.


Modules de localisation :

  • Location : Fournit un moyen standard d'enregistrer des adresses et des coordonnées, ce module est très bien intégré avec Views et CCK.
  • GMap : Ce module permet d'afficher des lieux grâce à Google Maps.

Module de gestion d'évènements :

  • Date : Champ CCK permettant de stocker des dates et des périodes.
  • Calendar : Module fournissant un calendrier intégré à Views qui est facilement modifiable grâce à celles-ci.



Je m'arrête là pour cette liste qui n'est pas exhaustive, il y a certainement un grand nombre d'autres modules très utiles. Si vous en connaissez n'hésitez pas à commenter cet article.

mercredi, mai 26 2010

Préparer une clé usb bootable avec un espace de stockage

L'objectif de ce billet de montrer comment faire pour partitionner une clé usb afin de disposer d'une partition bootable et d'une ou plusieurs autres qui serviront à stocker des données. Cela peut être utile pour installer linux sur un un netbook sans utiliser la totalité de l'espace disponible sur une clé usb de grande taille.

Nous allons créer les partitions à l'aide l'outil fdisk. "/dev/sdb" correspond à ma clé usb veillez à remplacer le chemin par celui de votre clé usb.
# fdisk /dev/sdb
Commande (m pour l'aide): o
Création d'une nouvelle étiquette DOS avec id de disque 0xfd9ba5ca.
Les modifications restent en mémoire jusqu'à ce que vous les écriviez.
Après quoi, bien sûr, le contenu précédent sera irrécupérable.

Nous allons ensuite créer une première partition qui sera destinée à accueillir le contenu d'un live cd. Commande (m pour l'aide): n
Commande d'action
e étendue
p partition primaire (1-4)
p
Numéro de partition (1-4): 1
Premier cylindre (1-15283, par défaut 1):
Utilisation de la valeur par défaut 1
Dernier cylindre, +cylindres or +taille{K,M,G} (1-15283, par défaut 15283): +800M
Sur la clé usb je vais ensuite créer deux partitions l'une sera ensuite formatée en NTFS pour les systèmes Fenêtre, l'autre sera formatée en ext4. Elles seront placées dans une partitions étendue.

Création de la partition étendue :
Commande (m pour l'aide): n
Commande d'action
e étendue
p partition primaire (1-4)
e
Numéro de partition (1-4): 2
Premier cylindre (802-15283, par défaut 802):
Utilisation de la valeur par défaut 802
Dernier cylindre, +cylindres or +taille{K,M,G} (802-15283, par défaut 15283):
Utilisation de la valeur par défaut 15283
Il suffit de laisser vide lorsque fdisk demande le premier et le dernier cylindre.

Création des deux partions logiques de données :
Commande (m pour l'aide): n
Commande d'action
l logique (5 ou plus)
p partition primaire (1-4)
l
Premier cylindre (802-15283, par défaut 802):
Utilisation de la valeur par défaut 802
Dernier cylindre, +cylindres or +taille{K,M,G} (802-15283, par défaut 15283): +5G

Commande (m pour l'aide): n
Commande d'action
l logique (5 ou plus)
p partition primaire (1-4)
l
Premier cylindre (5923-15283, par défaut 5923):
Utilisation de la valeur par défaut 5923
Dernier cylindre, +cylindres or +taille{K,M,G} (5923-15283, par défaut 15283):
Utilisation de la valeur par défaut 15283
La première partition de données aura une taille de 5Gb et l'autre occupera tout l'espace restant.

Enfin il faut rentre bootable la première partition, celle destinée à accueillir le système d'exploitation. Il faut aussi rendre visible la partition de donnée destinée aux systèmes Fenêtre.

Changer le type de partition de la partition 5 :
Commande (m pour l'aide): t
Numéro de partition (1-6): 5
Code Hexa (taper L pour lister les codes): c
Type système de partition modifié de 5 à c (W95 FAT32 (LBA))
Rendre bootable la première partition :
Commande (m pour l'aide): a
Numéro de partition (1-6): 1
On peut enfin valider les changements effectués sur la clé usb :
Commande (m pour l'aide): w
La table de partitions a été altérée!

Nous allons maintenant formater les partitions :
# mkfs.ext4 -L ubuntu /dev/sdb1
# mkfs.ntfs -L sylvain /dev/sdb5
# mkfs.ext4 -L datas /dev/sdb6

Nous pouvons maintenant copier le contenu du live cd sur la première partition :
# dd if=ubuntu-10.04-desktop-i386.iso of=/dev/sdb1


Source : GNU Linux Magazine n°118

mardi, avril 27 2010

Drupal - Afficher une vue dans le thème

J'ai voulu afficher une vue que j'avais créé sur la page d'accueil. J'ai lu à plusieurs endroits que l'on pouvait créer un "template" front-page.tpl.php. La modification que j'avais à apporter à la page d'accueil était trop simple pour changer tout le "template".
J'ai donc utilisé la variable "$is_front" pour déterminer si la page actuelle était la page d'accueil.
Si c'est le cas la fonction "views_embed_view($view_name, $display_id = 'default');" en remplçant $view_name par le nom de la vue que l'on veut afficher permet d'afficher la vue à l'endroit désiré.

Drupal - Afficher des images pour les éléments de menu.

Pour créer un menu avec Drupal qui permet d'afficher des images au lieu du texte habituel, il y a plusieurs solutions. J'ai choisi d'en présenter une dans ce billet. J'ai trouvé cette technique ici.
Cette technique consiste à modifier la fonction theme_menu_item_link($link). Il suffit d'ajouter une condition si le champ description de l'élément du menu contient une image : // If menu item is an image
if(strpos($link'localized_options''attributes''title', '<img') === 0) {
// Allow HTML if the menu description is an image tag:
$link'localized_options''html' = TRUE;
// exchange description with title
$tmp = $link'localized_options''attributes''title';
$link'localized_options''attributes''title' = $link'title';
$link'title' = $tmp;
}
Il suffit d'ajouter ce bout de code à votre fichier template.php au sein de la fonction theme_menu_item_link($link).

Il faut ensuite modifier le format d'entrée que vous utilisez pour les menus (Par défaut c'est "Filtered HTML") afin d'y ajouter la balise "<img>" dans les balises autorisés.
Pour mettre une image à la place de l'intitulé du menu il faut ensuite modifier l'entrée de menu pour mettre l'adresse de l'image dans le champ description, le champ titre servira pour renseigner l'attribut "title" du lien hypertexte.

jeudi, avril 22 2010

Comment éliminer les doublons d'une vue avec Drupal (views)

J'ai utilisé une vue (module views) pour afficher une liste de critères. Mais ces critères correspondaient à un champ CCK. Je n'ai donc pas pu utiliser la fonction "distinct", avec le module views cette fonction ne porte que sur le "nid". J'ai recherché des modules me permettant d'utiliser la clause "group by" de la requête, malheureusement les seuls modules que j'ai trouvé ne pouvait pas l'appliquer au champs mais seulement aux arguments de la vue.

J'ai trouvé une astuce grâce au site drupalfr.org, j'ai un peu modifié la solution proposée par le module de Stephen Musgrave. J'ai retiré la condition sur "current_display" car je voulais que le traitement s'effectue systématiquement sur ma vue.

Le module s'appelle "viewsremoveduplicates" il suffit donc de créer les deux fichiers "viewsremoveduplicates.info" et "viewsremoveduplicates.module" dans un dossier "viewsremoveduplicates" placé dans le dossier sites/all/modules de 'linstallation de Drupal.
Voici le contenu des deux fichiers :

viewsremoveduplicates.info :
name = Views Remove Duplicates
description = Removes duplicate nodes. Requires editing the module file to identify the views you want to affect.
package = "Views"
core = 6.x
dependencies = views


viewsremoveduplicates.module :
function viewsremoveduplicates_views_pre_render(&$view)
{
$used_nids = array();

if ($view->name == 'block_event_dpt')
{

foreach ($view->result as $row)
{
if (!in_array($row->node_data_field_event_dpt_field_event_dpt_value , $used_nids))
{
$new_view_result = $row;
$used_nids = $row->node_data_field_event_dpt_field_event_dpt_value ;
}
}

$view->result = $new_view_result;

}
}

J'applique le traitement seulement pour la vue que je désire, dans ce cas elle s'appelle "block_event_dpt".
Le champ que je sélectionne porte le nom "node_data_field_event_dpt_field_event_dpt_value".
Vous devez modifier ces valeurs afin qu'elle conviennent à votre cas.

La prochaine fois je ferais un module sans utiliser views !

vendredi, février 26 2010

Openoffice : afficher les numéro de page à partir de la deuxième ou n-ème page

Je vais présenter une méthode pour afficher les numéros de page à partir de la deuxième page et une autre pour le faire à partir de la n-ème page. La deuxième méthode permet aussi d'intégrer l'index avec les numéro de page correspondants.

Deuxième page

Il faut commencer par ne pas afficher le pied de page sur la première page. Pour le faire il faut appliquer le style "Première page" :

  • Format > Styles et formatage
  • Styles de page (icône en haut de la liste)
  • Sélectionner "Première page"


Rendez vous ensuite sur la deuxième page pour ajouter la numérotation :

  • Insertion > Pied de page > Standard
  • Insertion > Champs > Numéro de page


Ensuite afin de corriger la numérotation des pages, de ne pas compter la première page, vous devez double cliquer sur le numéro de page pour accéder à la fenêtre d'édition de champ :
OpenOffice - Fenêtre d'édition de champ - Numéro de page
Modifiez dans cette fenêtre le champ "Correction", inscrivez la valeur -1.
Vous aurez ainsi la numérotation qui débutera à 1 à la deuxième page. Mais si vous utilisez un index les numéro de pages indiqués ne correspondront pas à ceux qui sont affiché en bas des pages. Il faut donc utiliser une autre technique, celle-ci permet en plus de choisir à partir de quelle page la numérotation doit débuter.

N-ème page

Pour ne pas afficher la numérotation des pages jusqu'à une certaine page, il faut modifier le style "Première page" :

  • Format > Styles et formatage
  • Styles de page (icône en haut de la liste)
  • Clic droit sur "Première page"
  • Onglet "Gérer" > Style de suite "Première page"

Appliquez le style à la première page.
OpenOffice - Edition du style première page
Une fois que vous aurez modifié le style "Première page" toutes les pages de votre document utiliserons ce style. Vous devez insérer un saut de page spécifique pour marquer le début de la numérotation. Prenons pour exemple le début des numéro de page à la page 4 :
- Sur la page 3 :

  • Insertion > Saut manuel
  • Saut de page
  • Style : Standard
  • Cochez "Modifier le numéro de page"


OpenOffice - Saut de page - Style Standard - Numéro de page
Vous pouvez maintenant insérer le champ numéro de page comme dans le paragraphe précédent, celui-ci débutera à partir de la page 4 (dans notre exemple). Si vous utilisez un index les numéro indiqués correspondrons au numéro de page affichés.

Si vous rencontrez des problèmes, il se peut que le pied de page ne soit pas désactivé dans le style "Première page". Dans ce cas modifiez le, dans l'onglet pied de page décochez la case Activer le pied de page.

mardi, février 23 2010

Gérer le chargement d'images dans drupal avec IMCE et tinymce

Cet article a pour but de présentent une méthode simple pour mettre en place le chargement (upload) d'images dans drupal 6 à l'aide de imce et tinymce. Imce peut fonctionner avec d'autres éditeurs tels que fckeditor. Je ne présenterais dans cet article qu'une méthode pour l'utiliser avec tinnymce, mais cela n'est pas plus difficile avec d'autres éditeurs.

Modules nécessaires


Afin de nous permettre de gérer le chargement des images directement dans tinymce nous allons utiliser imce. Nous aurons besoins d'installer 3 modules :


Pour compléter l'installation de wysiwyg nous allons télécharger la dernière version de tinymce et l'extraire dans le répertoire "sites/default/libraries".

Installation des modules

Installez ensuite les trois modules dans votre installation de dupal.
Une fois l'installation des modules terminé, nous allons configurer le module imce afin d'attribuer des permissions aux "utilisateurs identifiés" (rôle créé par drupal). Nous allons conserver les paramètres par défaut de IMCE. Il existe un profil appelé User-1 que nous allons attribuer au rôle "utilisateur identifié" (admin/settings/imce).
Attribution d'un profil à un rôle dans IMCE Si vous utilisez imce pour un site en production, vous devez bien sûr affiner les rôles en conséquence. Si vous utilisez les modules Google Analytics ou Secure pages vous devez gérer leur configuration en ajoutant le chemin imce* à la liste des exceptions.
Ensuite nous allons configurer le module wysiwyg (admin/settings/wysiwyg). Nous allons attribuer au format d'entrée "Full HTML" l'éditeur "Tinymce". Après avoir enregistré ce paramètre nous allons modifier la configuration de tinymce (lien "modifier"). Dans la section "Boutons et Plugins" cochez toutes les options que vous voulez activer ainsi que le plugin "IMCE". Cela permettra d'intégrer imce lors de l'insertion d'images ou d'autres medias. Accès à imce à partir de l'outil "image" de tinymce Chargement de fichier avec imce
Voici comment intégrer facilement la gestion du chargement des images dans tinymce grâce au module imce et imce_wysiwyg dans drupal.

mardi, février 2 2010

Installer Rockbox sur le Sandisk Sansa Fuze

Rockbox est un firmware (microgiciel) libre pour lecteurs multimédia. Il a été initialement développé pour les baladeurs Archos Studio, l'objectif était de palier aux limitations présentent dans le firmware d'origine.

La dernière version à l'heure où j'écris ces lignes est la 3.4, elle est sortie le 24 septembre 2009. Le système est tellement abouti qu'il dispose d'une architecture permettant le développement de plugins. Cela peut permettre notamment d'utiliser des applications telles qu'un éditeur de texte (très limité et peut ergonomique mais cela reste un baladeur) et des jeux. Parmi les jeux les plus remarquables il y a Doom, frozen bubbles, et un jeu de casse briques. On peut aussi jouer des jeux de game boy, je n'ai pas pu tester des jeux de game boy advance, apparemment le sansa fuze ne dispose pas de suffisamment de mémoire.

La dernière version de Rockbox pour le Sansa fuze n'est pas considérée comme stable comme c'est indiqué sur cette page. En effet le firmware libre ne gère pas la connexion usb avec l'ordinateur. Cette limitation peut être gênante mais elle est facilement contournée par la possibilité de booter sur le firmware officiel. Le passage au firmware Sansa est sensé être automatique lors du branchement à l'ordinateur mais sur mon baladeur celui-ci ne parvient pas à démarrer. Afin d'accéder à la mémoire interne du Sansa je le démarre d'abord en maintenant la touche "chanson précédente" puis je le branche à l'ordinateur.

Installation facile!!!

Pour installer Rockbox, j'ai utilisé l'utilitaire disponible sur le site. Celui-ci est très simple d'utilisation. La fonction d'autodétection n'ayant pas fonctionné, j'ai configuré le point de montage :

Configuration utilitaire Rockbox Sansa Fuze

Une fois que le point de montage est correctement configuré, on peut ensuite cliquer sur "Installation complète". L'utilitaire nous dirige vers la page ou on peut télécharger le firmware Sansa afin que celui-ci soit modifié pour permettre le dual-boot. Puis il faut indiqué l'emplacement du firmware original. L'étape suivant récupère la dernière version de Rockbox puis installe le tout sur le baladeur.

Dans un prochain billet je détaillerais l'installation des éléments supplémentaires nécessaires aux plugins tels que Rockboy ou doom.
Mon baladeur est enfin libre ! Ou presque à cause du dual-boot nécessaire au transfert de fichiers.

dimanche, novembre 29 2009

Sortie TV YPbPr, driver nvidia et ubuntu

Activer la sortie TV d'une carte graphique nvidia en utilisant un câble YPbPr n'est facile que ça. En fait la sortie est reconnue comme du S-VIDEO, l'image n'est pas très belle, pas de HD, elle est mauve.
Ce type de câble permet de profiter des mêmes résolutions qu'avec un câble HDMI, pour moins cher et sans risquer d'avoir à faire à HDCP.
Comme j'ai très longtemps cherché comment faire fonctionner la sortie de manière correcte, sans trouver d'explications en français, je publie un billet qui, j'en suis sûr, permettra d'aider du monde.

J'ai d'abord utilisé l'utilitaire nvidia (nvidia-settings) pour configurer les résolutions des deux écrans, cela m'a juste permis d'avoir un xorg.conf qui tient la route. Mais toujours avec un affichage mauve et sans pouvoir obtenir une résolution très haute. En faisant des recherches sur internet, je ne sais plus comment, je suis parvenu à cet article : Component Video Input to HDTV. On peut y trouver un certain nombre d'explications sur le câble "composante" (component en anglais) ainsi qu'une petite ligne à ajouter au xorg.conf dans la section "Device" :
Option "TVStandard" "HD720p"

Pour plus d'informations sur cette option vous pouvez vous rendre sur la documentation du pilote : Appendix H. Configuring TV-Out
Le xorg.conf est disponible ici.

jeudi, novembre 19 2009

Une interface graphique pour les options alsa sous Ubuntu 9.10 karmic koala

Un petit billet rapide qui pourra peut-être aider ceux qui ont besoin d'activer certaines options de alsa. À partir de la version 9.10 de Ubuntu, le paquet gnome-alsamixer n'est pas installé par défaut. Quand on affiche les préférences de son on a accès a une interface sensiblement différente qui ne permet pas d'activer certaines options utiles, voire indispensables.
J'ai mis à jour un ordinateur portable et le son sortait à la fois des haut-parleurs du pc et des enceintes branchés sur la sortie jack. C'est un peu gênant car les enceintes du pc ne sont pas très performantes.

Le mixer alsa pour gnome peut s'installer à partir de la logithèque ubuntu, ou bien en ligne de commande :
sudo apt-get install gnome-alsamixer
en cliquant ça peut aussi fonctionner.
Gnome Alsa Mixer dans la logithèque Ubuntu

lundi, juin 29 2009

Hyla, gestionnaire de fichiers en PHP

Hyla est un gestionnaire de fichier que vous pour installer sur un serveur web, tel que apache avec le support de PHP. Il peut être utile si vous voulez gérer des fichiers présent sur votre serveur personnel (Home Computing) ou même sur un serveur mutualisé.


Je ne vais pas présenter l'installation car elle est très simple, le but de faire connaître ce logiciel très pratique. Pour plus d'information, notamment concernant l'installation manuelle, rendez-vous sur la page de documentation du projet qui est très bien fournie.

lundi, juin 22 2009

Àprès l'ipod, utiliser iTunes à sa guise n'est pas du goût d'Apple

Vous vous souvenez peut-être de mon billet sur le fait qu'Apple ne tolérait pas l'utilisation d'autres logiciels qu'iTunes avec un iPod. C'est maintenant au tour d'iTunes.
En effet Apple a publié une note sur le site du support d'iTunes disant qu'ils n'assuraient pas la compatibilité avec d'autres lecteurs que les leurs :

Apple is aware that some third-parties claim that their digital media players are able to sync with Apple software. However, Apple does not provide support for, or test for compatibility with, non-Apple digital media players and, because software changes over time, newer versions of Apple's iTunes software may no longer provide syncing functionality with non-Apple digital media players.


En français :

Apple sait que d'autres constructeurs annoncent que leur périphérique peut se synchroniser avec les logiciels Apple. Mais n'offre aucun support, ou teste la compatibilité, avec d'autres lecteurs multimédia, car les logiciels changent avec le temps et iTunes peut ne plus permettre la synchronisation avec d'autres lecteurs multimédia que ceux d'Apple.


Cette note fait suite à l'annonce de Palm, qui signalait que le Palm Pre pouvait être synchronisé à l'aide d'iTunes.
Palm apporte une réponse plutôt confiante à cette note.

If Apple chooses to disable media sync in a future version of iTunes, it will be a direct blow to their users who will be deprived of a seamless synchronization experience." The spokesperson went on to say that Pre users can always stay with the current iTunes version, or transfer the music via USB, and noted that "There are other third-party applications we could consider,...


D'après un de leurs porte-parole, les utilisateurs pourront toujours conserver la version actuelle d'iTunes, ou transférer leur musique directement. Il note aussi qu'il existe d'autres applications capables d'en faire autant (synchroniser la musique). Pour lui c'est un mauvais coup fait aux utilisateurs d'iTunes.

Je ne soutient pas particulièrement Palm, je me permettrais juste de tirer un simple conclusion de ce que signifie l'action d'Apple :
Le message est clair : si vous utilisez iTunes, vous êtes obligés d'acheter un iPod.

La boucle est bouclée, le consommateur est capté...
Source

mardi, juin 16 2009

OpenOffice 3 : dictionnaires de synonymes et de césures

Dans la dernière version de OpenOffice l'installation des dictionnaires supplémentaires ne se déroule pas de la même manière que dans les précédentes (dicooo). Les dictionnaires supplémentaires se présentent sous la forme de plugins. Tous les dictionnaires sont présents sur le site des extentions.

On peut accéder à la page des dictionnaires par le menu Outils / Langue / Dictionnaires supplémentaires en ligne... Il suffit ensuite de se rendre sur la page du dictionnaire français, l'extension contient les dictionnaires supplémentaires.

OpenOffice - dictionnaires français synonymes et césures
Dans les anciennes versions le choix des dictionnaires était explicite, dans cette dernière ils sont tous dans l'extension cela peut être déroutant.
Ces indications sont valables pour toutes les distributions qui intègrent OpenOffice 3 (Ubuntu, Fedora, ...).

mardi, mai 26 2009

Installation de Drupal avec lighttpd / MySql et les URL simplifiées (Clean URLs)

Drupal est un CMS que j'aime bien, vous pouvez trouver une description d'après le site : Drupal est un logiciel qui permet aux individus comme aux communautés d'utilisateurs de publier facilement, de gérer et d'organiser un vaste éventail de contenus sur un site web. Des dizaines de milliers de personnes et d'organisations utilisent Drupal pour propulser des sites de toutes tailles et fonctions.
Site officiel : http://drupal.org/

Installation

Pour installer Drupal, nous allons utiliser lighttpd avec le support de php et mysql.
Vous devez récupérer l'archive sur le site ici. Si c'est nécessaire vous pouvez télécharger l'archive des traductions en français.
Pour installer lighttpd avec le support de php vous pouvez vous aider de ce tutoriel : http://howto.landure.fr/gnu-linux/debian-4-0-etch/installer-lighttpd-et-php-sur-debian-4-0-etch
Nous allons créer un utilisateur et une base de donnée pour drupal, vous pouvez naturellement changer les noms. On peut utiliser les commandes suivantes ou un outil tel que phpMyadmin :

$ mysql -u root -p
Enter password:
Welcome to the MySQL monitor. Commands end with ; or \g.
Your MySQL connection id is 43

Type 'help;' or '\h' for help. Type '\c' to clear the buffer.

mysql> CREATE DATABASE drupal;
Query OK, 1 row affected (0.00 sec)

mysql> use drupal
Database changed

mysql> grant all on drupal.* to drupaluser@localhost identified by 'password';
Query OK, 0 rows affected (0.00 sec)

Base de données : drupal / nom d'utilisateur : drupaluser / mot de passe : password

Fichiers de l'application

Il faut extraire les fichiers de l'archive de drupal :
# cd /var/www/
# tar -xzvf /dossier/de/l'archive/drupal-6.12.tgz
Ensuite on peut extraire les fichiers de traductions :
# tar -xzvf /dossier/de/l'archive/fr-6.x-1.0.tgz
Donner la permission au serveur web (pour debian www-data) et créer le dossier des fichiers de drupal :
# mv drupal-6.12/ drupal
# mkdir drupal/sites/default/files
# chown -R www-data:www-data drupal/

Ensuite il faut créer le fichier de configuration et lui attribuer les droits nécessaires pour le modifier :
# cp drupal/sites/default/default.settings.php drupal/sites/default/settings.php
# chmod g+w drupal/sites/default/settings.php


Fin de l'installation


Rendez vous ensuite à l'adresse de drupal http://localhost/drupal/ par exemple et suivez les instructions du programme d'installation. Pour la base de données, entrez les valeurs que vous avez choisi lors de sa création (dans cet exemple : drupal / drupaluser / password).


Mise en place des URL simplifiées avec Lighttpd (Clean URLs)

Cette technique pour mettre en place les URL simplifiées est basé sur cet article. L'auteur met en pièce jointe un script qui permet d'adapter les règles de réécriture correctement.
Le script est disponible ici : http://more.zites.net/morefiles/lighty-drupal-lua-conf.tar.gz.

Préparation de lighttpd

Nous allons utiliser le module magnet de lighttpd, pour l'installer on peut entrer les lignes suivantes dans un terminal :
# apt-get install lighttpd-mod-magnet

Une fois le module installé, il faut l'activer à l'aide des commandes suivantes :
# lighty-enable-mod magnet
Available modules: auth cgi fastcgi magnet proxy rrdtool simple-vhost ssi ssl status userdir
Already enabled modules: fastcgi
Enabling magnet: ok
Run /etc/init.d/lighttpd force-reload to enable changes
# /etc/init.d/lighttpd force-reload

Il faut ensuite installer le paquet lua qui va nous permettre d'interpréter le script de l'article cité plus haut. Sous debian vous pouvez utiliser la commande suivante :
# apt-get install lua50

Mise en place des scripts

Nous pouvont maintenant extraire les scripts dans le répertoire de lighttpd (/etc/lighttpd/) :
# tar xvzf lighty-drupal-lua-conf.tar.gz
# chmod +x drupal-lua-conf.sh
Il ne reste plus maintenant plus qu'à ajouter ces lignes au fichier /etc/lighttpd/lighttpd.conf :

 $HTTP["host"] =~ "localhost" {
   include_shell "./drupal-lua-conf.sh drupal"
 }

Le paramètre du script (ici "drupal") correspond au dossier dans lequel drupal est installé.
et après avoir redémarré lighttpd rendez vous dans la section Administrer / Configuration du site / URL simplifiées pour activer le tout.

vendredi, mai 15 2009

Logiciel de gestion pour auto-entrepreneurs : Dolibarr

Installation

Pour installer dolibarr vous devez disposer d'un serveur web fonctionnel et qui supporte le langage PHP, ainsi qu'une base de donnée Mysql. Il existe une version tout en un de dolibarr pour les utilisateurs de Windows mais ça ne doit pas être facile tous les jours ;-)

Base de donnée

Le support d'autres bases de données pour dolibarr est actuellement expérimental (version 2.6 stable), nous allons donc utiliser mysql. Une bonne pratique étant d'attribuer les droits sur une base pour un utilisateur, nous allons créer une base de donnée appelée dolibarr. Vous pouvez choisir le nom qui vous convient. Nous allons créer un utilisateur qui porte le même nom.
De la même façon que pour l'installation de PMB, il faut entrer les commandes suivantes :

$ mysql -u root -p
Enter password:
Welcome to the MySQL monitor. Commands end with ; or \g.
Your MySQL connection id is 43

Type 'help;' or '\h' for help. Type '\c' to clear the buffer.

mysql> CREATE DATABASE dolibarr;
Query OK, 1 row affected (0.00 sec)

mysql> use dolibarr
Database changed

mysql> grant all on dolibarr.* to dolibarr@localhost identified by 'password';
Query OK, 0 rows affected (0.00 sec)

Fichiers de l'application

Il faut extraire les fichiers de l'archive de dolibarr :
disponible (au moment ou j'écris ces lignes ici.
# cd /var/www/
# tar -xzvf /dossier/de/l'archive/dolibarr-2.6.0.tgz
Donner la permission au serveur web (pour debian www-data) et créer le dossier des documents générés par dolibarr :
# mv dolibarr-2.6.0/ dolibarr
# mkdir dolibarr/documents
# chown -R www-data:www-data dolibarr/
J'ai renomé le dossier dolibarr-2.6.0" en "dolibarr" pour qu'il soit plus accéssible''
Ensuite il faut créer le fichier de configuration et lui attribuer les droits nécessaires pour le modifier :
# cp dolibarr/htdocs/conf/conf.php.example dolibarr/htdocs/conf/conf.php
# chmod 666 dolibarr/htdocs/conf/conf.php


Assitant de dolibarr

Dans un premier temps on peut vérifier si tout est en ordre (configuration, permissions, ...) et choisir le mode d'installation (première installation ici). Ensuite on peut lire la GPL.
La page suivante nous permet de paramétrer dolibarr, on peut se contenter de ne remplir que les champs suivants :
Dolibarr - Configuration de la base de donnée
L'assistant va ensuite configurer la base de donnée. Puis nous pourront choisir le login et le mot de passe de l'administrateur :
Dolibarr - Choix du login et du mot de passe administrateur
Après cela nous sommes invité à supprimer le dossier d'installation ou a y placer un fichier pour verrouiller l'accès à l'assistant. Puis nous pouvons configurer le reste.
Pour placer le fichier install.lock, vous pouvez utiliser les commandes suivantes :
# touch dolibarr/htdocs/install/install.lock
# chown www-data:www-data dolibarr/htdocs/install/install.lock


Espace configuration

Rendez-vous dans l'espace de configuration (dolibarr/htdocs/) avec les droits administrateur (choisis pendant l'installation) :
Dolibarr - Espace configuration
Une fois dans l'espace configuration vous devez modifier les information de la société, rubrique société/Institution (une fois dans la rubrique vous devez cliquer sur modifier, en bas de la page) : Dolibarr - Configuration des données de la société

Pour un auto-entrepreneur veuillez sélectionner la forme juridique n°35 et sélectionner Non assujetti à TVA en bas. Je pense que vous saurez deviner ce qu'il faut mettre dans les autres champs...

Ensuite dans la rubrique Modules, vous pouvez activer les différents modules de dolibarr. Pour l'instant je n'ai activé que le module comptabilité (simple). En effet le logiciel peut ne servir qu'à enregistrer ses factures.

La dernière étape consista à créer un utilisateur qui ne soit pas administrateur, dans la rubrique "Utilisateurs et groupes", cliquez sur "Nouvel Utilisateur" :
Dolibarr - Création d'un utilisateur
Veillez bien à ce que le paramètre administrateur soit à "non".
Une dois l'utilisateur créé, vous pouvez vous rendre sur l'onglet Permissions afin de donner tous les droits à cet utilisateur sur les modules. Cet utilisateur c'est vous, qui allez probablement être le seul à utiliser l'application.

Accès à dolibarr

Vous pouvez maintenant accéder à dolibarr à l'aide de l'utilisateur créé. La première chose à faire sera d'ajouter un compte dans la rubrique Banque/Caisse du module (menu en haut) Compta/Tréso. Sinon vous ne pourrez pas enregistrer de paiements.


Conclusion

Je n'ai présenté dans ce billet que la manière d'installer dolibarr sous linux et une configuration très simple qui permet de suivre le minimum, à savoir les factures et les clients. Ce logiciel permet de faire beaucoup plus, c'est tout de même un ERP/CRM, juste le module de gestion en moins.
J'espère qu'avec ces explications vous pourrez établir vos facture plus rapidement que dans un tableur.

mercredi, mai 13 2009

Auto-entrepreur - Trouver un logiciel de gestion adapté ?

Le statut d'auto entrepreneur ne demande pas beaucoup d'efforts du point de vue de la gestion. Malgré cela, l'utilisation d'un logiciel adapté est très bénéfique. D'une part pour gagner du temps, beaucoup de temps, et d'autre part pour faire les choses correctement sans forcément penser constamment à tout. La question ici n'est pas d'expliquer l'intérêt d'utiliser l'outil informatique mais comment faire.

Quels logiciels ?

Comme le choix est important, je ne vais pas présenter un seul logiciel. Cette série articles a pour but de présenter la configuration des solutions suivantes pour les utiliser dans le cadre du statut d'auto entrepreneur :


Il existe aussi MonAE qui correspond au besoin exprimé par les auto entrepreneurs en matière de gestion. Mais c'est un service hébergé et non libre, je ne me contente donc que de le citer.

Dans chaque article je commencerais par décrire l'installation des logiciels, puis comment les configurer.

Premier article installation de dolibarr.

lundi, mai 11 2009

OpenProj pour la création de planning

OpenProj est un gestionnaire de projet libre, tout comme GanttProject. OpenProj est très complet par rapport à GanttProject, d'après ce que j'ai pu lire il peut rivaliser avec Microsoft Project à part pour quelques fonctionnalités. Il est sous licence CPAL, fait partie de la suite bureautique StarOffice en version 8.
Serena, l'éditeur du logiciel, propose aussi une version hébergée du logiciel (SaaS).

Création de planning avec OpenProj

Les capacités d'exportation de GanttProjet étant relativement limités, du moins pas pratiques du tout.J'ai décidé de tester OpenProj pour la création de planning.
Vue d'un projet - interface d'OpenProj
Comme la plupart des logiciel de gestion de projets, il faut définir les ressources utilisés. Une fois les ressources renseignés dans le tableau des ressources, on peut ensuite créer le planning en ajoutant les tâches dans le tableau du diagramme de Gantt.
Pour obtenir un rendu cohérent pour la création d'un planning, il faut cacher certaines colonnes. J'ai créé un petit exemple du résultat auquel on peut arriver :
Diagramme de Gantt exemple - OpenProj
Malheureusement l'exportation en pdf n'est disponible que dans la version hébergée. Cette limitation peut être facilement contournée si l'on dispose d'une imprimante PDF.
Pour installer une imprimante PDF sur debian il suffit d'installer le paquet cups-pdf. Les fichiers apparaissent ensuite dans le sous dossier PDF du dossier personnel de l'uilisateur.

OpenProj est facilement utilisable pour la création de planning. La modification de ceux-ci est très rapide en cas de retards par exemple.

jeudi, mai 7 2009

Reaction à l'interview de François Elie - l'économie du logiciel libre

Contrairement à des bloggeurs du planet je suis plutôt d'accord avec les propos de F. Elie, non pas ceux qu'il tient à propos des association d'utilisateurs de logiciels libres. Mais sur le fait qu'il faut trouver des solutions, pour faire entrer les développeurs bénévoles dans l'économie du logiciel, et qu'il faut "forcer" les entreprises, qui vendent du logiciel libre, à rendre leurs contributions à la communauté.

Dénigrer le travail des GUL c'est nul

Je ne comprends pas pourquoi Mr Elie a un tel regard sur les associations à but non lucratif qui font la promotion du logiciel libre et même plus, comme Philippe l'indique dans un commentaire.
Ces association sont bien plus à même d'accompagner les utilisateurs dans l'adoption des LL, dans le passage à un système GNU/Linux. J'ai beau installer linux sur les ordinateurs de mes proches et les conseiller, je ne peux pas à moi tout seul rassembler les connaissances des membres d'une association, ni même réussir à les accompagner dans l'utilisation de tel ou tel logiciel. Sur ce point les associations sont indispensables et vont le rester, à mon avis, très longtemps.
Le statut d'association permet d'avoir plus de crédibilité auprès des décideurs, de bénéficier de soutiens pour l'organisation de rencontres telles que les RMLL. Un utilisateur isolé, même en y mettant tout son pouvoir de conviction n'arrivera jamais au résultat des associations.
Il serait même très intéressant et très bénéfique pour les utilisateurs que des GUL s'occupent de la formation des utilisateurs dans une entreprise. Je ne sais pas si cela a déjà été mis en œuvre ?

Ne pas partager son code issu de logiciels libres, c'est inutile

Comme le souligne François Elie dans son interview, il existe un grand nombre d'entreprise qui ne reversent pas à la communauté les développements réalisés à partir de logiciels libres. Cela est certainement dû à plusieurs facteurs. J'en citerais deux :

  • Une entreprise qui paie pour le développement d'une fonctionnalité ne va pas la reverser car elle n'a pas compris l'intérêt qu'elle a à redistribuer le code. Elle se situe plus dans une réflexion du type : "Je ne paierai pas pour les autres !"
  • Une entreprise qui vends des fonctionnalités qu'elle a développé voudra conserver de futurs clients potentiels qui sont prêts à payer pour cette fonctionnalité. Elle non plus n'a pas compris l'intérêt qu'elle aurait à redistribuer son code.

Dans les deux cas la licence n'est pas respectée (à part pour des licences de type BSD), au même titre que des licences pour un poste sont utilisées sur plusieurs postes d'une entreprise.
La première ne pourra bénéficier d'améliorations apportées par la communauté. La deuxième sera aussi isolée que la première et ne cherchera pas forcément à développer plus de fonctionnalités.


Le mot de la fin

Il faut en tout cas trouver des modèles économiques qui permettront de faire profiter tout les développeurs du "fruit" de leur travail. Les mentalités doivent évoluer en entreprise, la vraie valeur ajoutée ne doit pas porter que sur du logiciel ! Enfin sous réserve de trouver les méthodes juridiques adéquat, les GUL pourraient former les utilisateurs en entreprise, cela serait beaucoup plus convivial que des formateurs "froids".

- page 1 de 2